Municipalité durable

Des astuces pour la mise en œuvre d’une démarche intégrée de développement durable

Cette section propose quelques astuces et recommandations permettant aux organismes municipaux ou régionaux de pallier certaines difficultés et d’éviter les écueils au cours des différentes étapes de mise en œuvre d’une démarche intégrée de développement durable, principalement au regard de la disponibilité des ressources humaines et financières.

Structuration de la démarche

  • Privilégier l’intégration du développement durable à même les outils et les processus déjà existants, tels les plans d’urbanisme, la planification stratégique, les schémas d’aménagement, les plans quinquennaux de développement, tout en s’assurant de respecter les critères d’une démarche de développement durable.
  • Former le personnel déjà en place plutôt qu’embaucher des ressources spécialisées.
  • Partager certaines ressources avec d’autres municipalités ou la MRC.
  • Arrimer la démarche interne de développement durable avec la démarche d’une MRC.
  • Développer des partenariats avec des organismes déjà présents sur le territoire, afin de partager certaines responsabilités, de mobiliser un plus grand nombre d’acteurs et d’augmenter la portée de la démarche.
  • Dans le cas où l’organisme choisit d’élaborer une démarche indépendante pour intégrer le développement durable dans ses activités :
    • il peut considérer la recherche de financement auprès d’organismes subventionnaires;
    • il doit s’assurer de la cohérence entre cette démarche et les autres documents de planification.

Caractérisation et contribution des parties prenantes

  • Cibler des organisations représentatives des différents secteurs de la société civile (économique, environnemental, santé, jeunesse, culture, communautaire, etc.), lorsque présentes sur le territoire.
  • Assurer une gestion respectueuse des conflits potentiels entre les parties en ayant recours à des ressources externes et neutres pour l’animation de certaines activités et en évitant, lors d’activités publiques, de mettre directement en relation des gens d’avis contraires qui se connaissent bien.
  • La consultation et la participation peuvent aussi se faire au moyen des technologies de communication, par exemple au sein de forums Web ou par les médias sociaux.

Portrait et diagnostic

  • Prioriser les enjeux devant être documentés afin de limiter la quantité d’information à colliger.
  • Utiliser principalement des statistiques et des données déjà disponibles auprès des organismes provinciaux et fédéraux, ou puisées à l’intérieur de rapports déjà réalisés par la municipalité ou la MRC.
  • Répertorier un cadre ou un système d'indicateurs déjà existant, correspondant à l'échelle territoriale pertinente, afin d’économiser temps et ressources.

Vers le haut

Vision stratégique

  • Étendre un exercice de vision déjà prévu par l’organisme, par exemple dans le cadre de l’élaboration d’un schéma d’aménagement et de développement ou d’un plan quinquennal de développement, pour y inclure la prise en compte des principes de développement durable et ainsi éviter de doubler le travail à effectuer.
  • Réaliser des ateliers de vision dans les écoles ou dans les entreprises présentes sur le territoire, où les citoyens sont invités à imaginer leur ville idéale dans le futur.

Plan d’action

  • Prévoir un nombre restreint de mesures au sein du plan d’action de développement durable.
  • Certaines actions peuvent être spécialement issues de la démarche de développement durable, alors que d’autres, déjà planifiées ou déjà existantes, peuvent être seulement influencées, améliorées ou redéfinies à la suite de la démarche de développement durable de la collectivité.
  • Mobiliser des organisations présentes sur le territoire pour la réalisation de certaines actions, dans la mesure de leur mission et de leurs compétences, permettant ainsi d’augmenter la portée de la démarche.
  • Établir des partenariats stratégiques lorsque des enjeux plus globaux sont touchés ou que les problématiques traitées dépassent le cadre d’action de l’administration municipale, comme dans le cas de la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement.

Évaluation, suivi et reddition de compte

  • Identifier un nombre restreint d’indicateurs à suivre, lesquels doivent être facilement mesurables.
  • Choisir des indicateurs qui permettent la comparaison avec d’autres organismes municipaux ou régionaux pour favoriser l’échange et l’apprentissage collectif. Hiérarchiser ensuite selon différents niveaux d’indicateurs, en incluant une sélection d’indicateurs phares qui reflètent davantage les priorités établies, pour contourner la difficulté de gérer un grand nombre d’indicateurs.
  • Réaliser la reddition de compte par le moyen de communiqués, d’infolettres ou lors d’une séance du conseil.

Vers le haut